Historique

Jusqu’à la Révolution, ces « terres vaines et vagues » comme les qualifiaient les textes des notaires sont sous le contrôle des marquis de Goulaine. L’abolition des droits seigneuriaux permet le partage de ces terrains devenus communaux. Au fil des années, les communes vendent des lots aux particuliers, au gré de leurs besoins financiers.

En 1830, sous le règne de Charles X, une ordonnance royale instaure le premier syndicat regroupant l’ensemble des propriétaires terriens du marais.

En 1989, un an après les inondations dans la vallée maraîchère, il est proposé de gérer le marais de Goulaine à l’échelle de son bassin versant. Les syndicats de propriétaires des marais de Goulaine, du marais du Chêne et de la Levée de la Divatte sont alors dissous, pour laisser la place à deux structures :

  • Le SIVOM (Syndicat Intercommunal à VOcation Multiple) Loire et Goulaine, chargé de la gestion hydraulique ;
  • Le SIDEMG (Syndicat Intercommunal de Découverte et d’Etudes du Marais de Goulaine), pour les activités de découverte.

Ces structures regroupent l’ensemble des communes du bassin versant (le SIDEMG ne regroupait que les 6 communes du marais et Basse-Goulaine).

En 2009, les deux syndicats fusionnent en une structure unique, le Syndicat Mixte Loire et Goulaine. Son siège est installé à la « Maison bleue », à Haute-Goulaine, au cœur du marais. Son financement est assuré principalement par :

  • Les taxes acquittées par les propriétaires riverains ;
  • Les participations des 11 communes du bassin versant de la Goulaine, ainsi que des communautés de communes de Vallet, Loire-Divatte et Sèvre, Maine et Goulaine.
Haut de page