Une biodiversité remarquable

Le marais de Goulaine appartient au vaste complexe de zones humides d’importance internationale de la Basse-Loire – aux côtés de l’estuaire de la Loire, du lac de Grand-Lieu ou encore du marais de la Brière.Une biodiversité remarquable

Il occupe une dépression naturelle de 8 km de long et 4 km de large, composée de deux cuvettes séparées par le goulet du pont de l’Ouen, où culmine la butte de la Roche. Ce marais privé d’eau douce, d’une surface de 1 500 hectares (voire 2 000 ha si l’on inclut le pourtour bocager), s’étend en forme de papillon.

En hiver, cette double dépression reçoit les eaux d’un bassin versant de 180 km², formant un vaste plan d’eau d’une superficie de 1200 ha. En été, le marais est en revanche complètement asséché, hormis deux étangs en amont et aval du pont de l’Ouen, et les canaux (douves) les plus profonds qui sillonnent la zone et drainent les eaux du marais vers la Loire.

De ce fait, le marais de Goulaine offre :

  • Une grande diversité de milieux tels que douves et canaux, prairies inondables, roselières, boisements et bocages humides… ;
  • Un contraste paysager saisissant avec les vignes qui l’entourent;
  • Cet espace exceptionnel est le siège d’une importante biodiversité.

Une richesse fragile, à préserver

Qu’est ce que la biodiversité ?

Si l’usage du mot s’est récemment démocratisé, la biodiversité reflète une réalité très ancienne, issue des milliards d’années d’évolution de la vie sur notre planète. Le mot résulte de la contraction de « biologique » et de « diversité » : la biodiversité désigne donc la diversité du monde vivant.

La biodiversité englobe trois niveaux :

  • La diversité des espèces (faune, flore…),
  • La diversité des milieux naturels, appelés écosystèmes,
  • La diversité génétique entre individus ou spécimens d’une même espèce.

Bien évidemment, la biodiversité est une notion dynamique, qui engendre un foisonnement des interactions entre organismes dans des milieux en perpétuel mouvement. Ce concept permet à l’ensemble des êtres vivants sur Terre de réagir et de se perpétuer face aux multiples évolutions de l’environnement. Par son potentiel évolutif, la biodiversité assure la capacité d’adaptation des espèces et des milieux naturels face aux changements.

Le marais de Goulaine, à son échelle, revendique son statut d’élément fort de la biodiversité dans le pays du Vignoble Nantais.


Pourquoi préserver la biodiversité ?

Tout simplement parce qu’elle permet la vie et la continuité de nos activités humaines, au travers des services suivants :

  • Elle nous approvisionne en nourriture, en oxygène, en eau, en énergie,
  • Elle joue un rôle de régulation : climat, pollinisation, épuration (avec les zones humides),
  • Elle participe à la dimension culturelle de l’homme : esthétique de la nature, récréation, loisirs divers.

Le vivant et ses interrelations sont une ressource indispensable à notre survie : l’être humain fait à la fois partie du vivant et en dépend. Par cet inextricable lien avec la nature, nous subissons les impacts du déclin de la biodiversité et de la dégradation des écosystèmes – dont nous sommes pourtant à l’origine.

La destruction et la fragmentation des milieux naturels amènent une régression de la biodiversité. Il est donc fondamental de maintenir, favoriser ou recréer des « couloirs de nature » reliant les espaces naturels entre eux, afin de favoriser à nouveau les flux d’espèces, les échanges génétiques et les interactions qui y sont liées. Cet enjeu est aujourd’hui à prendre en compte dans les aménagements, au travers de la mise en place d’un maillage appelé trame verte (végétation) et trame bleue (eau).

Source de stabilité et de sécurité, la biodiversité présente donc un lien fort avec le bien-être humain. Elle incarne un capital inestimable, mais pas inépuisable : il nous faut donc apprendre à la préserver et à la partager, pour continuer à profiter de ses bienfaits, aujourd’hui comme demain.

Haut de page